L’INDUSTRIE PAPETIÈRE SE MAINTIENT - Prestige Packaging Industries
Fabriquant de coffrets de luxe et emballage de luxe. Coffrets, étuis pliants, sacs papiers et textiles. Rejoignez dès à présent les plus grandes marques du luxe.
Coffret de luxe, emballage de luxe, fabriquant de coffret de luxe, coffret cosmetique luxe.
7496
post-template-default,single,single-post,postid-7496,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.4,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Blog

L’INDUSTRIE PAPETIÈRE SE MAINTIENT

  |   Uncategorized   |   No comment

Ce n’est pas nouveau, mais la tendance s’accentue : l’emballage tire l’industrie papetière. Lors de la présentation du bilan de l’année 2016, l’Union française des industries des cartons, papiers et celluloses (Copacel) a livré quelques chiffres très parlants. L’emballage et le conditionnement représentaient, en 2001, 45% des débouchés contre 56% aujourd’hui. Les usages graphiques ont reculé de 45% à 28% sur la même période. C’est dire si la bonne santé de l’emballage est déterminante… Et c’est bien le cas. En 2016, la production papetière a atteint pratiquement 8 milliards d’euros en 2016 en ligne avec 2015 alors que le recul s’élevait à -1,4% entre 2015 et 2014. À 5,8 milliards d’euros, le chiffre d’affaires cumulé en 2016 est cependant en repli de -2,4%. Le recul des prix de vente de la plupart des familles de papiers et cartons explique ce retrait. En baisse de -1%, la consommation apparente de papiers et de cartons s’est élevée à 8,8 millions de tonnes. Dans ce contexte, l’emballage a progressé de 1,3%, de 4,38 à 4,43 millions de tonnes entre 2015 et 2016. Les papiers pour ondulé (PPO) portent cette progression avec un gain de 2,2%, de 3,46 à 3,54 millions de tonnes. Le carton plat pour étuis pliants a, pour sa part, reculé de -1,5% à 674 000 tonnes : les craintes liées à la sécurité sanitaire en raison des migrations d’huiles minérales pourraient expliquer une défiance vis-à-vis du matériau. Le fort recul de -4,8% à 218 000 des papiers pour l’emballage souple est, en revanche, qualifié de “surprenant”. Le marché est en effet très porteur à l’image des sacs en papier qui viennent en substitution des sacs en plastique en partie interdits.

 

Commerce électronique

Les estimations pour 2017 sont prudentes malgré des perspectives favorables. L’emballage reste tiré par des segments en forte croissance comme le commerce électronique alors que le niveau de consommation des ménages est satisfaisant. Les variations des prix et les tensions sur les approvisionnement des papiers et cartons à recycler (PCR) qui servent à la fabrication des PPO demeurent, en revanche, préoccupantes. Malgré une balance favorable… En hausse de +1,1 % par rapport à 2015, la consommation de PCR s’est établi à 5,34 millions de tonnes en 2016. Le taux de récupération de 82,2% en 2016 correspond à une collecte de 7,2 millions de tonnes qui est donc supérieure aux besoins français. Il faut ajouter à ces tensions le risque induit par l’arrivée de nouvelles capacités et la conversion de machines à papier du graphique vers l’emballage.

 

Turpe

Copacel a, par ailleurs, apprécié les mesures législatives favorables à la baisse des coûts de l’énergie. L’abattement sur le tarif de transport d’électricité (Turpe) est vu tel un vrai facteur de compétitivité. Au rang des incertitudes figurent la politique industrielle française qui sera définie à l’issu de l’élection présidentielle, les conséquences d’un éventuel isolationnisme des États-Unis et de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Comme le Groupement des fédérations industrielles (GFI), Copacel ne veut pas entendre parler de droits de douanes lié au Brexit…

 

la suite sur le site : http://www.industrie.com/emballage/tous-secteurs/l-industrie-papetiere-se-maintient.40368

No Comments

Post A Comment